AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Satine M. Duval


๏ PARCHEMINS : 32
๏ POINTS : 8


About me
๏ MY RELATIONSHIPS:
๏ MAGIC BOOK:
๏ POUVOIRS & COMPETENCES:

MessageSujet: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   Dim 9 Jan - 14:41


Crédit
Satine Marie Duval
.
    Âge: 23 ans en apparence, 365 en vérité (le premier qui me traite de vieille va voir son existence s'écourter considérablement x] )
    Date & lieu de Naissance: Paris en 1645
    Statut: (célibataire...ect) Célibataire Wink
    Orientation sexuelle: Bisexuelle (Au bout de 200 ans on se lasse d'un seul choix)
    Groupe: Vampire
    Camp: Indépendant
    Alignement: Chaotique Neutre
    Avatar: Leighton Meester


    Description
    .



    crédit Bones Obsessor

    crédit Bones Obsessor

    Compétences: Des compétences? J'en ai plein croyez moi. Notamment dû à ma condition de vampire justement. La première, celle que je considère la plus pratique et enviable, est la jeunesse éternelle. Rester figer à l'âge de 23 ans jusqu'à la fin des temps, voilà qui fait rêver plus d'une femme dans le monde, non?
    Ensuite, je dirais que mes sens bien plus aiguisés que la normale sont aussi un avantage non négligeable : une vision et une ouïe accrue, un odorat sur-développé, sans parler de la force prodigieuse que je peux développer à ma guise... C'est sûr, je ne suis pas à plaindre.
    Et puis, il faut dire que j'ai aussi la particularité de pouvoir me transformer en un certain animal. Il s'agit d'une louve fine et gracieuse, au pelage aussi sombre que la nuit. Bon, je sais dans l'originalité on fait mieux, mais je n'ai pas vraiment choisis cette forme, elle s'est imposée à moi tout simplement...
    Enfin je possède un don plutôt étrange, même pour une vampire. Lorsque je me trouve en face d'une personne et que je me concentre sur elle je parviens à deviner ses peurs et ses espoirs les plus intimes, ses rêves les plus chers et ses déceptions les plus amères. Je ne lis pas dans les pensées, si elle ne me donne pas son code de carte bleue je ne peux (malheureusement) pas aller vider son compte en banque, mais j'arrive à capter ses sentiments, comme une sorte d'empathie. Et cette qualité m'agrée tout particulièrement, car grâce à elle je peux terroriser mes victimes pendant de longs instants, les faire espérer avant de les plonger dans un état de désespoir sans nom et puis... les croquer ;D


    Morale: << Le mal est juste un point de vue >>
    La morale... C'est ce avec quoi on est sensé faire la distinction entre le bien et le mal c'est ça? J'en ai eu une à l'époque où j'étais encore humaine, il y a donc 365 ans de ça. Mais quand je suis devenue vampire j'en ai fais abstraction.
    Je suis une personne qu'on peut qualifier de bipolaire : je pourrais aussi bien être votre bonne fée que votre pire cauchemar. Tout ce joue en fonction de mon humeur du moment, si votre tête me reviens ou si la couleur de votre T-shirt est assortie à mon sac à main...
    Je déteste l'immobilité, et pour moi s'attacher au "bien" ou au "mal" n'est qu'une façon de se figer dans une certaine façon d'être sans pouvoir en changer sans trahir quelqu'un. C'est pour ça que j'ai décidé de n'être dans aucun camp.
    Extrêmement lunatique, je passe du rire à la colère en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Quelles belles canines tu as...". Je m'en foutiste dans l'âme, je considère qu'ici bas, rien de ce qui n'arrive n'est vraiment grave et que c'est le destin. En aucun cas je ne chercherais à influencer dessus. Je préfère me laisser porter par mes pulsions du moments, plutôt que de les combattre. Envie d'une glace? J'en achète une. D'une paire de chaussure? J'en achète une! D'un bloody drink bien frais? Je me sers bien sûr...
    J'aime la vie et, après bien des passages à vide, j'ai pleinement accepté ma condition de magnifique immortelle aux dents longues. Cela fait d'ailleurs des décennies que j'en profite. Les bals de la Cour ont laissé place à des réceptions mondaines puis des fêtes dégradantes, durant lesquelles j'arrive toujours à trouver un charmante jeune homme ou une sublime jeune femme qui pourrait se trouver à mon goût. Aussi bien de façon à satisfaire mon désir de sang que mon appétit sexuel.
    Certains me disent mauvaise, parce que je prends plaisir à la souffrance de mes victimes, parce que je me repais de leur peur. Quel mal y a-t-il à ça? Je ne suis pas "végétarienne" et je ne me nourris pas non plus de poche de sang. Ce que j'aime c'est la viande fraîche. Je ne tue pas obligatoirement, seulement quand je suis frustrée ou si j'ai passé une mauvaise journée. Sinon je me contente simplement de mordre et de boire sans aller jusqu'à l'arrêt du coeur. Et si jamais il s'agit d'un amant exceptionnel, je peux même en faire un "habitué" en sortant régulièrement avec lui. Et puis je ne suis pas si méchante que ça. Par exemple, je ne fais aucune discrimination : humains, sorciers, vampires, démons, et même demi-dieux... bon sauf les loup-garous, c'est juste au-dessus de mes forces.
    Enfin je suis, et je le reconnais de bon cœur, complètement narcissique, égoïste et égocentrique. J'ai aimé une fois quelqu'un d'autre que moi. Je l'ai regretté amèrement, donc maintenant la seule personne qui compte à mes yeux c'est moi,moi et... moi. Vous pourrez aussi vous faire une (toute) petite place dans mon cœur mais il faudra vraiment persévérer car je n'accorde pas ma confiance à la légère, ni à n'importe qui. Mais une fois que vous l'aurez obtenue vous la garderez à vie.


    Physique: << Et la perfection n'est qu'un état d'esprit... sauf dans mon cas >>
    Les hommes m’envient et les femmes me jalousent, c’est un fait. Un fait inéluctable. Je suis belle et j’en ai pleinement conscience. Et celles qui diraient le contraire ne pourraient le faire qu’en toute mauvaise foi, animées par une jalousie justifiée. Ma taille est celle de la moyenne, je ne suis pas particulièrement grande mais j’ai un corps relativement musclé. Pas les triceps imposants des lanceuses de poids, mais le soin permanent avec lequel j’entretiens mon corps l’a sculpté : mes jambes sont longues, interminables aux chevilles délicates et aux cuisses fines, ma taille dessine une courbe parfaite avec mon ventre plat et mes hanches généreuses. Je fais partie de ces filles dont on envie le corps lorsqu'on les croise dans la rue.
    Mes épaules sont étroites, mon cou aquilin et mes mains sont celles des poupées dont on fait collection. Mes fesses, rebondies ce qu’il faut ne sont qu’incitation tacite aux plaisirs de la chair, comme mon maintien, mon dos gracieux, mes lèvres charnues.
    J’ai compris que l’apparence jouait un rôle déterminant dans bon nombre de relations sociales, et j’y fais donc attention. Mon visage est savamment maquillé : mes lèvres rouges et si appétissantes, mes yeux en amande aux paupières lourdes et aux cils interminables, à la couleur pâle contrastés par un fard charbonneux. Mon menton, légèrement en avant, me donne un air de pure arrogance. Mes pommettes hautes rehaussent mon visage ovale aux traits fins, bien dessinés, avec un petit nez retroussé et un front large : j’ai le visage de ces reines dont on admire les sculpture dans les livres d’histoire, pleine d’une fierté et d’une arrogance aussi attractive que détestable. Mes cheveux sont longs, bruns, soyeux, nourris par d’inlassables shampoings, crèmes de beauté nourricières et masquess hydratants. Ils ondulent discrètement à la pointe.
    Pour finir, je fais très attention au moindre de mes choix vestimentaires :je me met en valeur sans tomber dans la caricaturale bimbo au décolleté plongeant. Sexy, oui. Mais élégante surtout : j’opte généralement pour des hauts à dentelle sobre, des jupes de grands couturiers, ou des robes délicieusement classes et provocantes à la fois.


    Plus grande peur: De mourir. On est très loin des cliché des vampires à l'eau de rose, qui n'aspirent qu'à mettre fin à leur existence afin d'expier toutes leurs fautes commises. Moi je veux continuer à vivre aussi longtemps que possible. Peut-être un jour me lasserais-je, mais comme ce n'est pas encore le cas, je préfère m'amuser à n'en plus finir...

    Plus grand rêve: C'est un peu mégalo, mais j'adorerais devenir reine du monde. A défaut de ça je me contente de nouer des relations avec des personnages hauts placés dans le monde entier ce qui me confère aujourd'hui le statut d'une des femmes les plus influentes au monde. D'ailleurs, je me flatte souvent en m'imaginant comme une marionnettiste qui manipulerait les dirigeants de ce monde dans l'ombre à mes propres fins.

    Your Story
    .


    << Bienvenue dans ce monde trompeur! >>
    Tout le monde possède une histoire, même les vampires. Moi aussi j'en ai une. Je suis née en 1645, au début du règne de Louis XIV à Paris. Mes parents, Grégoire et Isabeau De La Fontaine, étaient des nobles influents dans son entourage, et s'ils possédaient un appartement à Versailles, ils préférèrent m'élever loin de l'atmosphère oppressante de la Cour.
    Je vécu donc des années heureuses, dans une charmante maison en périphérie de la ville. Et puis, mon père décida de m'initier à l'entourage de Louis XIV et nous retournâmes à Versailles. J'avais douze ans lors de mon premier bal. J'en fus éblouis, littéralement clouée sur place en constatant la magnificence des lieux. Une telle débauche de luxe ne pouvait qu'attester de la puissance du royaume. Je me sentis importante, et je crois que c'est à cet instant que mon côté égoïste commença à se développer.
    Durant 1 an je m'épanouis dans cette ambiance de fêtes qui n'en finissaient pas et de complots chuchotés. Je devins une jeune fille dont la beauté ne prévoyait que de croître jour après jour. Et puis mes parents décidèrent de me marier. A l'inverse de nombreuses jeunes filles je n'avais plus l'espoir de tomber sur le prince charmant. Mais si j'avais renoncé au jeune homme beau et bien né, je n'avais pas pour autant prévu de tomber sur cet individu méprisable et grossier qui allait me servir de mari. Guillemain D'Yvinac. Un comte parmi tant d'autres, mais l'homme le plus abject que je n'ai jamais connu.

    << J'aurais préféré le Paradis pour son climat, mais l'Enfer me plaît joliment pour sa compagnie >>
    A quinze ans je fus officiellement marié au comte D'Yvinac. Ma nuit de noce fut le souvenir le plus atroce de mon existence. Même aujourd'hui, en repensant à son corps pesant sur moi j'éprouve des nausées. J'ai vécu durant quatre années aux côtés d'un homme qui n'avait rien pour lui : aussi répugnant physiquement que moralement, il ne me parlait pas et préférait me considérer comme une servante qu'il se plaisait à appeler pour assouvir ses besoins primaires avant de me délaisser.
    Guillemain n'hésitait aucunement à me brutaliser lorsqu'il avait trop bu et à me tromper avec les domestiques de notre maison, juste sous mon nez. Mais je m'en fichais éperdument. A cette époque le seul réconfort que je trouvais était chez mes parents qui se déploraient d'une telle union. Le problème, s'était que le Roi en personne avait permis ce mariage et lui seul pouvait le défaire. Or c'était contraire aux lois de son église. Il me fallait attendre que mon "mari" meurt, de façon volontaire ou non.
    Heureusement pour moi, une guerre appela le comte à partir très loin de Versailles. Durant trois ans je vécus en paix, me laissant même aller à être heureuse et à profiter des beautés qu'offrait le palais et ses fêtes toujours plus décadentes les unes que les autres... J'ai eus quelques amants discrets, car je soupçonnais que le comte ne puisse être capable de les tuer. Jusqu'à ce que je tombe enceinte.
    J'étais profondément heureuse de cette grossesse, car l'enfant que je portais m'apportait un nouvel éclairage sur ma vie. J'aimai déjà ce bébé. Mais l'angoisse que mon mari revienne en vie de la guerre, malgré les nouvelles qui étaient plus que mauvaises, me taraudait sans répit. Pendant des mois je restait sans nouvelles. Et puis à mon septième mois il revint. J'étais complètement paniquée, et à raison.
    Guillemain était encore plus violent, brutal et méchant qu'auparavant. Lorsqu'il se rendit compte que je l'avais trompé, il me battit... jusqu'à se que je fasse un fausse couche. A cet instant je le hais, plus violemment que je n'avais jamais détesté quelqu'un. Je restai alitée durant des semaines, puis je réfléchis à ma vengeance. C'était la seule pensée qui me forçait à me maintenir en vie. Je refusais toutes les visites, y compris celles de ma famille. Et puis je trouvais. J'entrepris de retrouver mon apparence de sublime jeune femme, de me remettre en forme et de sembler rayonnante et épanouis. Pendant un certain laps de temps mon mari me laissa plus ou moins tranquille, comme si l'état de fantôme auquel j'avais été réduis ne l'avait effrayé. Et puis un soir j'obtins l'occasion que j'attendais... mais mon plan ne fonctionna pas exactement comme je voulais.
    C'était un bal masqué. J'avais revêtue la robe la plus luxueuse que je possédais, d'un rouge profond et envoûtant, un masque de velours noir parsemé d'éclat de diamants véritables, je me pavanais parmi les invités, consciente des regards de la gente féminines qui me déshabillaient. Et je le vis. Immédiatement attirée par son charisme, son aura, je me dirigeais vers lui, persuadée d'avoir trouvé l'élément essentiel à ma stratégie. Il s'appelait Amaury, un jeune noble qui venait d'Europe de l'est. Il m'invita durant plusieurs danses. A la cinquième je cherchais mon mari du regard, éveillant sa jalousie. Le sentant en proie à une colère sourde, j'invitais Amaury à aller marcher dans le parc, à l'abri des regards. Je devinais Guillemain en train de nous suivre. Et puis je décidais de m'arrêter et d'embrasser passionnément Amaury. Celui-ci, loin de me laisser de marbre, y mit plus d'ardeur et me transporta dans une passion que je n'aurais jamais imaginé. J'en oubliais le plan. Le jeune homme m'attira dans un bosquet, m'étreignant avec plus de ferveur, m'embrassant toujours plus langoureusement. Et puis il me mordit. Il n'y eut pas de préavis ou de mise en garde. Simplement ses crocs qui s'enfonçait dans la chair tendre de mon cou. Surprise je n'eus même pas le réflexe de hurler, jusqu'à ce qu'il me bâillonne de sa main aux doigts fins. Et l'abrutis qui me tenait lieu de mari n'intervint pas. En fait je crois qu'il partit la queue entre les jambes, persuadé que j'allais mourir.
    Mais Amaury ne me tua pas. Il se contenta de m'inviter dans son enfer personnel.

    << La vengeance est la volupté du paradis >>

    Je mentirais en disant que la transformation ne fut pas sans douleur. Ce ne fut pas agréable, loin de là, mais je n'en garde pas un souvenir marquant. Lorsque je me réveillais, Amaury était à mon chevet. Il m'avait transporté dans son appartement, et il prit le temps de m'apprendre ce que j'étais devenue, de m'enseigner mes nouvelles aptitudes, de savoir comment tuer. Je restais cloîtrée chez lui durant des jours. C'était lui qui m'amenait ma "nourriture". Et un jour, je me sentis assez forte pour sortir seule. Il ne m'en empêcha pas, il me fit simplement signifier que je devais revenir auprès de lui une fois que j'aurais accomplis ce que je devais faire.
    Une nuit, je revins chez moi pour la dernière fois. Je trouvais mon "mari" dans le lit conjugal, une traînée à ma place. Je mis fin à ses jours de façon rapide et indolore. L'odeur âpre et enivrante du sang me faisait tourner la tête, mais le feu froid qui brûlait dans ma poitrine me fit garder mes esprits. Avec brutalité je réveillais le comte, et je me servais pour la première fois de ma capacité assez étrange dont j'avais hérité. Jusqu'au petit jour je le torturait psychologiquement, lui faisant revivre durant des heures et des heures ses pires souvenirs de la guerre, et les façons dont je pouvais le tuer. Il me suppliait, hurlait, geignait, sans résultat. Une demi-heure avant que le soleil ne se lève je le tuais. Je lui ouvris les veines de façon à se qu'il ait une agonie lente et douloureuse. Une fois que son coeur eut cessé de battre je partis sans me retourner.

    << Une vie qui cherche sa vie n'est pas une vie >>
    Durant des siècles je voyageais autant que je pus, découvrant avec ravissement de nouvelles cultures, de nouveaux pays. Au début j'étais accompagné d'Amaury, puis nos chemins se séparèrent. Néanmoins je savais qu'en cas de besoin je pouvais l'appeler, après tout il avait était mon ami, mon amant et mon créateur.
    Mais une fois que j'eus fais le tour du monde ou presque, je revins en France, à Paris, en 1900 alors que la capitale était à son apogée de son rayonnement culturel. La ville m'avait manquée et je pris plaisir à flâner dans ses rues, sortir dans ses salons, etc. Jusqu'à ce que je rencontre Nathaniel. C'était le fils d'un riche entrepreneur américain, venu en France pour parfaire son éducation. Il me plut immédiatement. Au fil des soirées mondaines, nous nous rapprochâmes et commençâmes une liaison à la fois tendre et passionnée. Je l'aimais d'une façon inédite, et j'avais enfin l'impression d'avoir trouvé l'amour dont j'avais été privée lorsque j'étais encore mortelle.
    Durant un temps je lui cachais ma véritable nature. Puis un soir n'y tenant plus, je partis en chasse. Mais quand je rentrai chez moi, le jeune homme m'attendais. J'étais couverte de sang et n'avais même pas rentré mes canines. Il fut effrayé et partit. J'en devins folle de douleur. Je pleurais sans cesse idem pour la traque. Paris connu des jours sombres lors de cette période. Dès que je sortais il fallait que je tue pour évacuer ma colère et ma frustration, ignorant volontairement si ceux dont je me nourrissais étaient des innocents ou non. Et puis, peu à peu, je parvins à me calmer. Je recommençais à sortir, mais je ne pus éviter de revoir Nathaniel... et au bras d'une autre femme.
    Contrairement à ce que j'aurais cru je ne perdis pas la tête. Je sus ce qu'il fallait que je fasse, tout simplement. Une nuit, alors qu'il était seul au sortir d'un salon, je le coinçais dans une ruelle déserte et fis ce qu'Amaury m'avait fais bien des années auparavant. A mon tour je l'emmenais chez moi et attendis qu'il revienne à lui. Mais il n'eut pas la même réaction que moi. Au lieu de l'accepter il entra dans une colère terrible et me repoussa avant de disparaître. A nouveau j'eus le coeur brisé et décidais de partir pour l'Amérique. Puis il y eut la guerre, deux fois, ce qui m'occupa. Je servais tour à tour d'agent de liaison, d'espionne, de membre de la Résistance... Et elle prit fin, me laissant vide, avec l'impression de n'avoir rien à faire. La science progressait vite, et j'observais avec curiosité les humains qui inventaient des choses fabuleuses.
    Ce fut en 1960 qu'il réapparut. Les yeux sombres, brûlant de colère mais aussi vibrant de désir, il me retrouva chez moi. Je ressentais la même attirance pour Nathaniel, et nous fîmes l'amour pour la première fois en temps qu'immortels. J'eus l'impression que cette passion ardente lui permis d'évacuer toute la rancœur qu'il éprouvait, car après cette nuit nous restâmes pendant de longues années côte à côte. S'il ne me fit jamais de reproches à voix haute, je sentais que parfois il semblait se dégoûter lui-même. En 2000, il m'annonça son désir de partir. Dorénavant plus en paix avec lui-même, il souhaitait découvrir le monde seul, mais promit de revenir me voir un jour.
    J'ai maintenant emménagé à New-York, consciente des tensions qui y règnent. Je ne prends pas partis pour le moment, préférant savourer les plaisirs aussi bien intellectuels que charnelle que cette mégalopole me procure. A voir si je décide de m'engager...



    And you ?
    .



    Crédit [i]
    Pseudo: Joy
    Âge: 17 ans
    Comment as-tu découvert le forum ? Par partenariat
    Implication: 1/7 minimum pendant les cours
    Niveau RPG: /20
    Double compte ? Non
    Code:OK by Leigh


Dernière édition par Satine M. Duval le Lun 10 Jan - 8:47, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Gregory Parker
► G r e g o r y | Not so serious !

๏ PARCHEMINS : 320
๏ POINTS : 256


About me
๏ MY RELATIONSHIPS:
๏ MAGIC BOOK:
๏ POUVOIRS & COMPETENCES:

MessageSujet: Re: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   Dim 9 Jan - 15:58

Bienvenue sur le forum !
Bonne chance pour ta fiche, si tu as la moindre question n'hésite pas à contacter par mp Athena, Leigh ou moi ^^

_________________

    Si tu ne décides pas de ton destin,
    c’est ton destin qui décide pour toi.

    __

Absente du . au .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Athena Blake
★ sσ Sяσηg & sσ ғяαgιℓε ★

Fondatrice

๏ PARCHEMINS : 252
๏ POINTS : 66


About me
๏ MY RELATIONSHIPS:
๏ MAGIC BOOK:
๏ POUVOIRS & COMPETENCES:

MessageSujet: Re: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   Dim 9 Jan - 16:32

Bienvenue à toi et merci d'avoir choisi le forum !
Satiiiinnne ! J'adore ce prénom. (nooooon on avait pas remarqué hein ? xD)

Une seconde vampire ! Cecilia n'est plus seule !

Comme Greg l'a dit, si tu as des questions n'hésite pas à les poser. Le Staff est là pour twaaaaaa !!!!! *se met à chanter* Bon, ok, je sais je ne ferais pas la Nouvelle Star. *qu'est ce que je racontheuu ? *

OSEF de mes délires personnels et absurdes.


_________________


    « Your faith has shown me that, When my world goes crazy, You won't let go, When the ground gets shaky, You give me hope, When I try to push you away, You never move. I never saw the way, You sacrificed, Who knew the price you paid, How can I make it right, I know I've gotta try. Now when I start doubting and You help me see, There's a strength, and a mind, and a power in me, Oh believe me there ain't nothing I can't do.
    My hero is you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cécilia Trono


๏ PARCHEMINS : 12
๏ POINTS : 8


MessageSujet: Re: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   Dim 9 Jan - 17:21

Oh ! Je suis contente d'avoir une consœur aussi belle... =p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Satine M. Duval


๏ PARCHEMINS : 32
๏ POINTS : 8


About me
๏ MY RELATIONSHIPS:
๏ MAGIC BOOK:
๏ POUVOIRS & COMPETENCES:

MessageSujet: Re: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   Dim 9 Jan - 17:54

Merciiii 36
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Leigh E. Cooper
тнє ℓισи & тнє ωσℓf
Admin

๏ PARCHEMINS : 301
๏ POINTS : 254


About me
๏ MY RELATIONSHIPS:
๏ MAGIC BOOK:
๏ POUVOIRS & COMPETENCES:

MessageSujet: Re: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   Lun 10 Jan - 0:07

Bienvenue « vieille » demoiselle. Il y a juste un truc qui n’est pas cohérent dans ta fiche. Dans les compétences tu marques « rester figée à l’âge de 23 ans » alors que pour l’âge plus haut tu donnes 22 ans

Et je suis désolé, mais la reine du monde c’est déjà pris par Morgane, faudra revenir plus tard XD Influente , vraiment ? Je n’ai jaaamais entendu parler de toi (je te taquine)

Pour le reste, tu fais un vampire tout ce qu’il y a de plus vampirique. Le code est bon, donc je te valide. Tu peux créer tes fiches de liens et de sujet et entamer ta vie d’SAnienne.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pegasus-mystery.highforum.net
avatar

Satine M. Duval


๏ PARCHEMINS : 32
๏ POINTS : 8


About me
๏ MY RELATIONSHIPS:
๏ MAGIC BOOK:
๏ POUVOIRS & COMPETENCES:

MessageSujet: Re: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   Lun 10 Jan - 8:45

xP Exact j'ai pas fais gaffe pour l'âge je vais aller modifier ça ;D
Et merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Barbatos


๏ PARCHEMINS : 86
๏ POINTS : 26


About me
๏ MY RELATIONSHIPS:
๏ MAGIC BOOK:
๏ POUVOIRS & COMPETENCES:

MessageSujet: Re: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   Mar 11 Jan - 13:57

Satine, on ne s'est pas déjà croisé au Moulin Rouge ? Haha, quel humour déroutant. Comme votre beauté... *Petite révérence*.
Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Satine M. Duval


๏ PARCHEMINS : 32
๏ POINTS : 8


About me
๏ MY RELATIONSHIPS:
๏ MAGIC BOOK:
๏ POUVOIRS & COMPETENCES:

MessageSujet: Re: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   Mar 11 Jan - 18:04

Pas impossible je m'y étais engagée en tant que danseuse ;D
Merci bien bel homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Carnivore animal, I am a cannibal, I eat boys up : You better run {100%}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sorcerer's Apprentice RPG :: Avant de commencer :: Présentations :: Validés-